La trilogie des joyaux, Tome 1 : le trône de diamant

joyauxRésumé : Émouchet, le chevalier pandion, est de retour d'exil, prêt à reprendre sa place de Champion de la reine. Mais sa maîtresse est frappée d'un mal mystérieux et Séphrenia, la vieille sorcière, n'a pu que retarder l'échéance : assise sur son trône, enchâssée dans un bloc de cristal, la jeune reine est mourante ; il faut vite trouver un remède...
Émouchet part en quête, en compagnie de Séphrenia et de la petite Flûte aux étranges pouvoirs...

Extrait : C'était à l'aube des âges, longtemps avant que les ancêtres du Styricum, pesants, vêtus de fourrures et armés de massues, quittent les montagnes et les forêts de Zémoch pour les plaines d'Éosie centrale. Il y avait là, dans une caverne profonde sous les neiges éternelles de Thalésie septentrionale, un Troll nain et déformé nommé Ghwerig, vivant en paria de par sa laideur et sa cupidité irrésistible ; il travaillait seul dans les abîmes de la terre, cherchant de l'or et des pierres précieuses à ajouter à son trésor. Un jour vint où il découvrit une galerie profonde et vit à la lueur de sa torche une gemme d'un bleu foncé plus grande que son poing, encastrée dans la paroi. Tremblant de tous ses membres noueux et tordus, il s'accroupit et fixa l'énorme joyau avec un désir ardent, conscient d'avoir trouvé plus en un instant qu'il n'avait amassé par des siècles d'efforts. Il se mit à découper très prudemment la pierre environnante, éclat par éclat, afin d'enlever la gemme précieuse du lieu où elle reposait depuis le commencement des temps. Et, comme elle émergeait petit à petit de la roche, il se rendit compte qu'elle avait une forme particulière et il lui vint une idée. S'il la récupérait intacte il pourrait, en la taillant et la polissant soigneusement améliorer cette forme et accroître mille fois la valeur de la gemme.
Quand il eut ôté le joyau de son assise rocheuse, il l'emporta jusqu'à la caverne où étaient installés son atelier et son trésor. Sans regret, il brisa un diamant d'une valeur incalculable et en tira des outils pour façonner la gemme.
Des décennies durant, à la lumière de torches fumantes, Ghwerig sculpta et polit, marmonnant les sorts qui transmettraient à la gemme inestimable tous les pouvoirs bénéfiques et maléfiques des Dieux des Trolls. Quand la sculpture fut enfin achevée, le joyau avait la forme d'une rose d'un bleu saphir des plus profonds. Et il l'appela Bhelliom, gemme-fleur, et il crut que, grâce à ses pouvoirs, toutes choses lui seraient possibles.
Mais si le Bhelliom recelait tous les pouvoirs des Dieux des Trolls, il les refusait à son hideux propriétaire, et Ghwerig tapa des poings sur le sol de sa caverne. Il consulta ses Dieux et les combla d'offrandes, et ils révélèrent qu'il fallait une clé au pouvoir de Bhelliom, pour l'empêcher d'obéir au caprice du premier venu. Les Dieux des Trolls expliquèrent alors à Ghwerig ce qu'il devait faire pour maîtriser la gemme. Il prit les fragments qui étaient tombés inaperçus à ses pieds dans la poussière et fabriqua une paire de bagues d'or où il monta un fragment ovale poli du Bhelliom lui-même. Lorsqu'il eut terminé, il plaça les anneaux à ses mains, puis souleva la rose saphir. Le bleu profond et lumineux des pierres montées sur les bagues s'enfuit dans le Bhelliom, laissant les bijoux aussi pâles que des diamants. Tout en tenant la gemme-fleur il sentit son pouvoir monter en lui et se réjouit de savoir que le joyau qu'il avait façonné consentait à lui céder.

Mon avis : Une fois encore, l'un des maîtres de la fantaisie nous régale avec ce premier tome d'une trilogie qui s'annonce délicieuse. Tous les ingrédients y sont présents : monstres mythiques, pouvoir magiques, chevalerie, noblesse, artefacts, mais aussi intrigues, complots, meurtres, mystères et fantômes.

Le trône de diamant pose nettement les bases d'une quête pour la vie d'êtres  particuliers (mais l'on devine durant la lecture un but bien plus grand qui ne sera pas explicité  dans ce tome mais probablement dans le suivant) aux capacités peu ordinaires. Ces personnages sont des plus flamboyants, alternant la ruse et la fuite avec le combat brut et direct.

La compagnie d'Emouchet comprend les inévitables personnages type de tout bon roman de fantaisie : à savoir le preux et noble chevalier prêt à braver tous les dangers pour sa quête; son fidèle écuyer, vieux briscard moralisateur qui tâche de maintenir son maître dans la bonne voie et surtout en vie ; le compagnon de toujours, chevalier enjoué physiquement opposé et au naturel rieur ; la maîtresse ès magie, guide spirituel et garde-fou face à la puissance cachée d'ennemis encore inconnus ; et enfin le jeune voleur apprenant que la morale n'est pas qu'un vain mot.

Tous ces sympatiques personnages auxquels l'on s'attache très vite font la puissance de ce roman très bien écrit et mené (car l'on devine nombre de choses sur le devenir de la quête sans jamais pouvoir en être absolument certain). Un très bon livre donc.

Auteur : David Eddings
Editeur : France Loisirs
Prix : 9,95 euros
Nombre de pages : 608