Tant que nous n'aurons pas de visage

tantquenousnauronspasdevisage

Résumé : Le roi de Glome a trois filles : Orual, la malaimée, Redival, jalouse et belliqueuse, et enfin Istra, enfant dont la beauté surnaturelle va bientôt lui valoir l'adoration du peuple et la colère de la déesse Ungit et de son clergé.

Après une saison de sécheresse et de famine, le roi, acculé par les preêtres, consent à offrir Istra en sacrifice au monstre de la montagne.

Pour venger sa soeur, Orual se lance dans une lutte acharnée contre son père, les traditions de son royaume et la tyrannie d'Ungit. Elle ne pourra compter dans sa quête que sur deux alliés : le Renard, son précepteur grec, qui rêce de faire d'elle un monarque éclairé, et Bardia, le capitaine des gardes, qui l'aidera à devenir une guerrière accomplie.

Extrait : "De la splendeur de Psyché - et à chaque âge les atouts qui lui sont propres -, il n'y a qu'une chose à dire : dès lors qu'on l'avait vue, l'on ne pouvait être partagé, qu'on fût homme ou femme. C'était une beauté qui ne sidérait pas, jusqu'au moment où, l'ayant juste quittée, on y songeait de nouveau. Tant que l'on se trouvait près d'elle, on n'était pas frappé, car elle semblait la chose la plus naturelle au monde. Comme le Renard se plaisait à le répéter, elle était "selon la nature". Ce que toute femme, et même toute chose, aurait dû être, car tel était son but - mais les aléas du hasard avaient faussé cette loi. Cependant, à la regarder elle, on pouvait croire l'espace d'un instant que le monde entier s'était conformé à cette loi. IStra créait la beauté tout autour d'elle. Lorsqu'elle marchait dans la boue, la boue était d'or ; lorsqu'elle courait sous la pluie, la pluie était d'argent. Si elle prenait dans sa main un crapaud - elle avait cet amour fort étrange, et me disais-je, fort innocent, pour toute les brutes imaginables -, ce crapaud même était une oeuvre d'art.

L'avis de Homelaet : Si j'ai acheté ce livre ce n'est ni pour l'histoire ni pour la couverture mais uniquement pour le nom de l'auteur. J'ai adoré Narnia et pensait retrouver un livre sur le meme plan : une originalité digne de l'univers de C.S. Lewis. Sur la quatrième de couverture il était même dit que ce livre était le préféré des romans que l'auteur avait écrit. Je me suis donc empressé de l'acheter.

Et là, ce fut malheureusement un drame !

Au départ l'histoire est bonne. Je ne vous la résumerais pas ici. L'idée est originale, la trame peut être très bien exploitée et l'héroïne attachante.
L'histoire démarre et s'encroutte !

Ce roman est plein de longeurs, de redite, d'incomprehénsion et d'évènements complètements inutiles.

Vous l'aurez compris j'ai été déçue par ce livre. En lisant ce livre à certains moments vous vous direz : "mais à quoi ce passage sert-il ?" ou encore "mais où veut il en arriver en disant cela ?" Et cela dure les 200 dernières pages.
Ce livre est intéressant jusqu'à quelques chapitres après la mort d'Istra. Et ensuite, désolé de le dire comme cela, mais ça part en cacahuètes....

Je suis néanmoins contente de quelque chose : j'ai fini ce livre !
Même si je vous avouerais que j'ai pas tout compris sur la fin.... On vous emmène à un endroit où vous ne savez même pas pourquoi vous en êtes arrivé là. Le résumé qui dit "qui l'aidera à devenir une guerrière accomplie" est un mensonge vu que les années d'adulte de notre héroïne ne sont traités qu'en quelques pages...

Vous avez compris : si vous avez 18€ à dépenser, prenez un autre livre que celui là.

Auteur : C.S. Lewis
Editeur : Anne Carrière
Pages : 305
Prix : 18€