Le Prisme Noir
Le Porteur de Lumière, Tome 1

porteur de lumiere

Résumé : Gavin Guile est le Prisme, l'homme le plus puissant du monde. Empereur et magicien, il est le gardien d'une paix bien fragile.

Et d'un terrible secret.

Les Prismes ne vivent jamais vieux, et Gavin sait exactement combien de temps i lui reste : cinq ans... et cinq missions impossibles à accomplir.

PLUS LA LUMIERE EST VIVE,
PLUS L'OMBRE EST PROFONDE.

Extrait : "L'aube lui permit de voir ce que le brouillard et l'obscurité avaient dissimulé : des centaines de tentes étaient rangées avec une précision militaire. Des soldats. Des tas de soldats. Au moment même où Kip se redressait, à moins de deux cents pas de la tente la plus proche, la plaine commença à clignoter. La luxine brisée scintillait, telles des étoiles éparpillées au sol et répondant à leurs soeurs célestes.
Kip était venu pour cela. En général, quand un crateur relâchait de la luxine, elle se dissolvait tout simplement, quelle que fût sa couleur. Mais, lors d'une bataille, le chaos était tel, et les créateurs si nombreux, que certaines énergies magiques enfouies étaient protégées de la lumière du soleil qui, en temps normal, les décomposait. Les pluies récentes en avaient mis au jour.
Kip cessa de contempler la luxine rouge vif et des lunettes rouges, sortirent du camp et se dirigèrent vers eux.
- Mon nom est Gaspar, au fait. Gaspar Elos, dit le spirite sans regarder Kip.
- Comment ?
- Je ne suis pas un simple créateur. Mon père m'aimait. J'avais des projets. Une amie. Une vie.
- Je ne...
- Tu comprendras.
Le spirite mit ses lunettes vertes. Elles lui allaient parfaitement, enveloppant son visage pour qu'il ne voie le monde qu'à travers un filtre vert.
- A présent, va-t'en.
Le soleil effleura l'horizon, et Gaspar soupira, comme si Kip avait cessé d'exister. Comme faisait sa mère lorsqu'elle inhalait sa première bouffée de brume. Entre les éclairs sicntillant de vert profond, le blanc des  yeux de Gaspar tourbillonait. On aurait dit des goutelettes de snag vert touchant l'eau et se dispersant avant de la colorer. La couleur émeraude de la luxine enfla ans ses yeux, s'épaissit, se solidifia, puis se répandit - sur ses joues, jusqu'à ses cheveux, descendant dans son cou, prenant de la vigueur avant d'infiltrer ses ongles, qui semblèrent peints d'un jade rayonnant.
Gaspar se mit à rire. Un ricannement irraisonné, implacable. Fou. Cette fois, il ne faisait pas semblant. 

L'avis de Dazboness : Brent Weeks nous avait offert une trilogie aussi sombre que fantastique avec les aventures de l'Ange de la nuit. Cette fois-ci, l'auteur nous mène dans les sphères lumineuses de l'univers qu'il a créé. Bien loin de la fange des rues sordides d'une cité-état, nous suivons les aventures du personnage le plus important des royaumes de ce monde : le Prisme, seul magicien capable de manier toutes les couleurs...

Un univers empli de magie, où celle-ci est utilisée partout et par un certains nombres de mages capables de manier une à plusieurs couleurs, aux effets plus ou moins utiles à la vie quotidienne des royaumess: que ce soit construire des murailles en une luxine (magie de couleur) ou d'utiliser l'ultraviolet pour sceller des missives diplomatiques confidentielles.

Et le Prisme est le seul capable d'utiliser les magies de tout le spectre lumineux. Et l'auteur construit d'autant mieux ce monde que les magiciens n'ont qu'un temps limité d'utilisation de la magie, dépendant de leur niveau, et qui, une fois dépassé, entraine la folie... et donc le besoin d'être régulé (de façon définitive) par le Prisme.

Un monde donc plein de couleur, lumineux, et pourtant recelant de si nombreuses parts d'obscurité, des zones où la magie ne suffit pas à survivre, et encore moins à vaincre. La magie reste ici un outil, qui peut s'avérer puissant, mais qui à lui seul ne suffit pas. Et même le plus puissant d'entre eux est soumis aux limitations de puissance, de temps, et de capacité autres... Un univers impitoyable qui est en perpétuel mouvement, d'autant plus que le danger est bien plus terrible que ne le croient la plupart...

Auteur : Brent Weeks
Editeur : Bragelonne
Prix : 25€
Nombre de pages : 563

Sommaire des livres critiqués