Le gardien de l'aube

gardien_de_l_aubeRésumé : Goa, 1591. La Sainte Inquisition, bras armé de l'Eglise, a suivi les colons portugais aux portes de l'Orient emportant avec elle le feu sacré destiné à brûler les juifs immigrés d'Europe. Parmi ces derniers, le clan Zarco, enlumineurs de talent : après son père, qui n'y survivra pas, c'est au tour de Tiago de subir l'enfer des hérétiques.
Emprisonné, le jeune homme tâche de dominer sa colère grandissante. Qu'adviendra-t-il de Tejal, la jeune indienne à laquelle il a laissé un enfant ? Qui peut bien l'avoir dénoncé ? Certains indices convergent vers ses cousins, convertis au catholicisme... Dans les ténèbres de sa geôle, Tiago s'en fait le serment : quoiqu'il advienne, il sera le bourreau de ses bourreaux.

Extrait : Après mon arrestation en novembre 1591, je restai près de onze mois sans parler à personne hormis le geôlier qui me gardait. Je ne fus pas informé des termes de l'accusation portée contre moi, toute lecture m'était interdite, et ma fenêtre, mince fente dans une paroi de pierre nue, était trop haute pour m'offrir une vue de la ville en bas. Le peu d'espoir que je parvenais à conserver tenait à mes souvenirs de Tejal ou, parfois, au tambourinement de la pluie, rappel de cet autre monde sur lequel ceux qui me retenaient captif n'avaient pas prise. Un jour d'orage, je cueillis de la langue sur le mur de ma cellule quelques gouttelettes fuyantes. Elles avaient la saveur du bief d'Indra, et pendant un moment, elles firent rejaillir sur mes pensées toute la liberté de mon enfance, mais je me demande souvent si elles ne furent pas en définitive traîtresses, car cette même nuit Dieu me fut ravi. Je me réveillai plus seul que je ne l'avais jamais été, banni du monde sur lequel Il avait toujours veillé. Jamais plus je ne jouirais de la sensation de mes orteils s'enfonçant dans la terre rouge des rizières, jamais je ne saurais si Tejal avait accouchée d'un fils ou d'une fille.

L'avis de Dazboness : L'auteur nous livre ici une histoire de trahison et de vengeance digne du Comte de Monte Cristo mais transposée dans l'Inde portugaise du 16ème siècle.

En effet, la ville de Goa et la vie des populations indigènes et immigrées de cette région sont magnifiquement décrites tout au long du roman, que ce soient les divergences religieuses, les modes de vie (aussi bien en ville qu'à la campagne), les modes, les influences extérieures (qu'elles viennent d'Europe ou des régions musulmanes frontalières).

L'on découvre surtout le sort réservé aux juifs portugais qui ont du fuir le Portugal et qui se retrouvent toujours sous l'oeil vigilant de l'Inquisition... la peur d'être dénoncé, les calomnies et dénonciation abusives, la terrible machine qu'est l'Inquisition. L'envie de liberté et de vengeance qui étreint le coeur de ses victimes.

Mais l'on ne découvre cette terrible institution qu'en réponse à une tragédie plus intime, celle de cette famille, le clan Zarco, déchirée par les religions, la peur de l'autre, l'amour et la haine.

Tiago Zarco n'est que l'une des victimes de cette peur qui se tapit dans certains hommes et femmes et conduit à des tragédies. Nous suivons donc avec une intense ferveur les mésaventures de cet homme qui a survécu là où il aurait préféré mourir, qui fdera tout pour obtenir une vengeance qu'il sait d'avance avoir un goût amer. Une oeuvre qui nous met face aux pire instincts de l'homme : jalousie, trahison, vengeance... qui nous permet de regarder au fond des êtres qui composent cette histoire sans lendemain. Un livre poignant sur la difficulté de vivre dans sa foi en une époque si troublée.

Auteur : Richard Zimler
Editeur : Pocket
Prix : 8,10 euros
Nombre de pages : 534

Sommaire des livres critiqués